Accueil >Blog

Blog - Combien coûtent les discriminations ?

<<< retour au blog
07.07.17

Combien coûtent les discriminations ?

Une discrimination est définie par la loi française comme le fait d’opérer une distinction entre des personnes sur la base de critères non objectivement justifiés par un but légitime. C’est une pratique susceptible d’entraîner un désavantage pour la personne traitée de manière moins favorable.
Ces discriminations, lorsqu’elles ont lieu dans le milieu du travail représentent un coût de 150 milliards d’euros.

De quelles discriminations parle-t-on ?

Selon la loi, il existe 23 motifs de discrimination. Pour son rapport sur les gains économiques d’une diminution des discriminations, le gouvernement a retenu les discriminations liées au sexe et à l’origine géographique. Aussi, trois autres discriminations complètent l’analyse descriptive : le handicap, l’orientation sexuelle et le lieu de résidence.
Pour évaluer l’impact de ces discriminations, il a été décidé de mesurer les écarts de situation en emploi, non justifiés par des variables objectives.

Quels sont les résultats de ce rapport ?

Etre une femme est le premier facteur d’inégalité, vient ensuite l’ascendance migratoire. En comparaison avec ces deux données, le lieu de résidence n’est pas un facteur d’inégalité majeur.
En effet, les taux d’activité des femmes sont inférieurs de dix points à ceux des hommes et les temps partiels supérieurs de vingt points. Elles ont également la probabilité la plus faible d’accéder aux 10 % des salaires les plus élevés et un écart de salaire inexpliqué de l’ordre de 12 %. Quant à l’ascendance migratoire, les hommes descendants d’immigrés africains ont « une probabilité d’être au chômage supérieure de sept points aux hommes sans ascendance migratoire. » Ce chiffre est de trois pour les natifs des DOM. Quant à leurs chances d’accéder à un CDI à temps plein, elles sont les mêmes que celles des femmes.

Comment combler le manque à gagner ?

Le manque à gagner est de l’ordre de 3% à 14% du PIB. Quatre scénarios ont été envisagés afin de combler ce manque. Ces scénarios ont été établis en simulant les effets d’un alignement de la situation en emploi des personnes discriminées sur la situation moyenne observée dans le reste de la population de même classe d’âge.
Le premier scenario imagine « l’effet sur les salaires d’une réduction des écarts d’accès à l’emploi qualifié ». Les deux scénarios suivant, ajoutent au premier « les effets d’une convergence des taux d’emploi puis des durées de travail ». Le dernier scénario quant à lui « évalue l’effet additionnel d’un alignement des niveaux d’éducation ».

Quels seraient les effets de ces scénarios ?

En effet, la convergence des taux d’emploi permettrait une augmentation de 3% de la population en emploi. Ceci représenterait 608 000 postes dont 93% de postes féminins.
Quant à la convergence du temps de travail, l’augmentation serait estimée à 4,5% ce qui représente 974 000 postes à temps plein.
En termes de valeur ajoutée, les gains sont importants. Ils s’échelonnent de +3,6 % du PIB dans le premier scénario à +14,1 % dans le scénario 4 d’égalité des chances.
Les femmes contribueraient à 97% de ces gains.

Vous souhaitez en savoir plus ? contactez nous
https://www.diversidees.com/contact/

<<< retour au blog